Un petit hommage à ceux qui travaillent dans ce monde parfois ingrat

Portrait de Aurélie Roberge

Il y a un peu plus d’un an, l’informatique avait un lien très étroit avec la procrastination et mes études. Mon ordinateur me servait à faire mes travaux universitaires, des recherches, perdre du temps sur les réseaux sociaux, etc. Aujourd’hui, ma vision de l’informatique et des gens qui travaillent dans ce domaine est très différente.

Ça fait environ 1 an et demie que je travaille pour Typhon. Au début, j’étais légèrement perdue, voire complètement perdue. Le monde du développement informatique est assez particulier. On peut simplement penser au vocabulaire utilisé ou même aux programmeurs. Je vous le confirme, ce sont des gens particuliers. Hihi! wink
 
Un bon truc que j’utilisais dans les premières semaines était de sourire et d’acquiescer lorsque je ne comprenais pas totalement ce que mes collègues disaient pour ensuite aller googler le tout. Une chance que j’apprends assez vite parce que je serais encore sur Wikipédia.
 
Quand nous ne sommes pas dans le milieu, c’est facile de penser comprendre comment les choses se font et de critiquer. Je le constate de plus en plus depuis que je suis chargée du bureau de projets. Lorsque des clients font des demandes et te disent : « ça ne devrait pas être trop long à faire. C’est juste un bouton à ajouter… » Malheureusement, pour les programmeurs, ce n’est pas seulement un bouton à ajouter. Il y a plusieurs autres éléments à considérer : en cliquant sur le bouton, ça nous mène où?, est-ce que ça aura un impact sur d’autres choses?, si oui, lequel?, etc.
 
C’est normal pour l’utilisateur de penser que ça va prendre 5 minutes à faire considérant qu’au moment de l’utilisation, cliquer sur un bouton, ça prend une fraction de seconde et hop! on se retrouve sur une autre page, par exemple. J’ai moi-même fait cette erreur à quelques reprises. On finit par réaliser qu’il doit y avoir une logique implacable pour ne pas causer de bogues ailleurs lorsqu’on fait des modifications ou des ajouts dans le code.
 
Depuis 1 an et demie, je suis immergée dans ce monde complexe, mais tellement fascinant qui est celui du développement informatique. Depuis 1 an et demie, je suis heureuse de pouvoir travailler avec des gens qui me permettent d’apprendre tous les jours. Depuis 1 an et demie, je comprends mieux les frustrations des programmeurs, mais aussi celles des clients. Depuis 1 an et demie, je réalise qu’en développement informatique, on peut tout presque tout faire. Comme dirait Buzz Lightyear : To infinity and beyond!
 
Depuis 1 an et demie, je mesure encore mieux la valeur de ce que mes collègues programmeurs font. Certains me diront que je pousse peut-être trop loin, mais souvent ça vaut de l’or ce qu’ils font et ce qu’ils peuvent faire! Je sais, ce n’est pas tous les programmeurs qu’on peut mettre dans cette catégorie, mais mes collègues, oui!